Rechercher
  • Nadia

LES 7 BLESSURES D'ÂME: comment les accueillir et s'en libérer

Dans cet article, je vous présente les 7 principales #blessures auxquelles nous sommes confrontés dans l’incarnation humaine et leurs liens avec nos 7 principaux chakras.

Les familles d'âmes

Que sont les blessures d’âme?


Le célèbre ouvrage de Lise Bourbeau « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » présente cinq blessures émotionnelles que nous pouvons être amenés à faire grandir en nous au fur et à mesure de nos jeunes années, lorsque nous n’avons pas su à ce moment extérioriser nos émotions ou nos traumatismes.

Je vous invite à lire son livre si vous souhaitez en savoir plus sur ces 5 blessures que sont l’Abandon, l’Humiliation, l’Injustice, le Rejet et la Trahison.

Celles-ci s’imprègnent en nous, deviennent une partie de notre personnalité et éveillent en nous des parts sombres, des émotions intenses que l’on a souvent du mal à accueillir et gérer au quotidien ainsi que des masques derrière lesquels nous avons le réflexe de nous cacher pour nous protéger.

Ces blessures nous font développer aussi des mécanismes de défense afin de nous empêcher de nous confronter à certaines émotions : on va alors créer des stratégies pour les éviter au lieu de les accueillir et de les évacuer dans l’instant.


Il suffit d’un malentendu, d’un moment de solitude, d’incompréhension face à une situation vécue dans l’enfance qui n’a pas été évacué ni transmuté, pour développer alors une blessure à l’âge adulte ; pouvant parfois devenir très handicapante au quotidien, dans notre rapport aux émotions et dans nos relations avec les autres.

Lors de mes recherches sur le sujet, j’ai été guidée vers le site internet de Nathalie Perraud, dans lequel elle aborde de manière personnelle ces 5 blessures, ainsi que 2 blessures supplémentaires dont je n’avais jamais entendu parler :

- la blessure de déconnexion au divin

- la blessure de non reconnaissance de l’homme et de la femme.


Intriguée par ces deux blessures, j’ai alors investigué auprès de mes guides qui m’ont alors confirmé l’existence de ces deux blessures et m’en ont alors donné leur interprétation.

En recueillant leurs informations, j’ai alors constaté que ces 7 blessures pouvaient faire écho à nos 7 principaux chakras.

En effet, j’ai découvert ensuite que Nathalie Perraud présentait également dans ses articles des rapprochements entre ces blessures et les chakras, cependant, mon interprétation de leurs liens n’est pas complètement identique à l’analyse personnelle de Nathalie.

Voici le lien vers son site si vous souhaitez découvrir son approche du sujet: "Inspire la vie"


Je souhaite vous présenter ici mon analyse personnelle, à la manière dont elle résonne en moi à l’heure actuelle, mais vous êtes libres d’en faire votre propre interprétation.

Comme me disent les guides, il n’y a pas une seule vérité : notre vérité est celle qui vibre en nous à l’instant présent, même si celle-ci est amenée à évoluer avec le temps et ne correspond pas à celle d’autres personnes. C’est ok.


Que sont ces 7 blessures?


1- NON RECONNAISSANCE DE L’HOMME OU DE LA FEMME – Chakra racine:

Cette blessure d’âme naît souvent lorsqu’un parent rejette le sexe de son enfant à la naissance, de manière consciente ou inconsciente ou lorsque l’âme qui s’incarne dans un corps n’arrive pas à se faire à son corps et à son genre.

Il arrive parfois que l’âme regrette le choix du sexe au moment de l’incarnation et développe ce sentiment au fil des années qui ne fait que grandir et perturber l’appropriation du corps.


Cette blessure nous déconnecte alors de notre genre sexuel et peut aller jusqu’à provoquer une asexualité complète. Dans ce cas, la personne incarnée ne ressent aucune attirance sexuelle, ni aucun désir sexuel pour personne, que ce soit pour un homme ou pour une femme. Elle peut également déclencher de fortes tendances répulsives et beaucoup d’incompréhension autour de la sexualité en général. Soit on y porte aucun intérêt, soit on y prête beaucoup de peurs et d’anxiété.


Dans cette blessure on porte alors le masque du séducteur car, par peur du rejet, on peut chercher à séduire tout le monde qui nous entoure, peu importe le sexe, dans le but de trouver la reconnaissance de l’autre sexe pour nous informer notre genre et quelque part notre identité.


On va souvent opter pour le mécanisme de défense du martyre : par la souffrance, la privation de plaisir ou dans l’effet inverse l’excès de plaisir (nymphomanie, boulimie), la culpabilité et la séduction excessive, on va se protéger de l’autre et nier sa blessure.


On va également porter les croyances limitantes de ne pas être un homme ou une femme épanoui(e), de ne pas avoir le droit au plaisir et de ne pas avoir le droit de vivre une sexualité épanouie.


Les peurs les plus grandes liées à cette blessure sont celles qui se passent au niveau du couple et des rapports de séduction et d’amour. Soit on va s’engager trop vite et en faire trop pour provoquer la fuite de l’autre, soit on va avoir peur de l’engagement. Ce sont souvent des personnes frustrées de ne pas trouver de sens à leur vie, à leur incarnation et à leur identité physique et sexuelle.


Cette blessure est pour moi en lien direct avec notre rapport à notre corps physique, notre identité physique et sexuelle et notre ancrage dans cette incarnation. C’est pour cela que je la relie directement au chakra racine et au siège de l’énergie de kundalini, notre énergie vitale créatrice porteuse de nos polarités sacrées.


Le moyen de se libérer de cette blessure réside dans la connexion à son cœur et à son âme lors de l’éveil afin de se reconnecter à son féminin et son masculin sacrés. Cette reconnexion pourra permettre la diffusion de l’énergie de kundalini dans tout le corps et l’activation du chakra sacré, siège du plaisir sexuel. Cette harmonisation de tous les chakras et la diffusion de l’énergie vitale dans tout le corps vont pouvoir redonner l’attirance et le désir pour l’autre. N’oublions pas que l’énergie sexuelle est sacrée et qu’elle est un des piliers d’une incarnation humaine épanouie. C’est une énergie créatrice puissante et vibrante lorsqu’elle est conçue avec amour pur et inconditionnel.


2- HUMILIATION - Chakra sacré :

Cette blessure d’âme éveille en la personne une faible estime d’elle-même qui a tendance à l’auto-sabotage, à la dévalorisation et à l’auto-dérision.


Dans cette blessure on porte alors le masque du masochiste car on va aimer prendre du plaisir à souffrir et on va rechercher la douleur et l’humiliation de manière inconsciente. On va s’organiser pour se punir face à une situation qui nous fait ressentir de l’humiliation avant que quelqu’un d’autre ne le fasse et découvre nos faiblesses.


On va souvent opter pour le mécanisme de défense du performant : pour cacher ses faiblesses, la personne touchée par la blessure d’humiliation va alors tout faire pour montrer qu’elle est une personne solide, efficace et performante afin de donner une image qu’elle aurait plus de facilité à assumer. Elle a tendance à prendre de nombreuses responsabilités sur le dos, jusqu’à en souffrir et s’oublier totalement. Souvent, elle va abaisser inconsciemment les autres pour se protéger et se sentir plus importante. Enfin, comme c’est une personne qui sait qu’elle n’a pas de limites, elle va s’arranger pour se rendre prisonnière de situations et de responsabilités qui vont limiter sa liberté. C’est une des stratégies qu’elle va mettre en place pour éviter de tomber dans des excès et de culpabiliser.


On va également porter les croyances limitantes de n’être pas compétent, de ne pas avoir de talent et de ne servir à rien. C’est une personne qui pense devoir dire oui à tout et à tout le monde car elle n’ose pas dire non, de peur du jugement de l’autre. Ces croyances la coupent de l’écoute de ses propres besoins et envies et font qu’elle s’oublie. Une des croyances principales du masochiste est « Pour vivre heureux, vivons cachés » car ce sont des personnes qui culpabilisent d’être heureuses et qui préfèrent se cacher des yeux des autres pour éviter le jugement et la jalousie.

Les peurs les plus grandes liées à cette blessure sont la peur de la critique, car elle éveille en ces personnes la sensation d’incompétence et accentue la peur du regard et du jugement de l’autre; et la peur de la liberté car ces personnes qui ont tendance à tomber dans les extrêmes, pourraient ne pas savoir se limiter et de tomber dans les excès en tous genre qui dans un premier temps pourraient apporter du plaisir, mais qui apporteraient de la honte et de la culpabilité dans un second temps (nourriture, sexualité, dépenses financières).


Les émotions liées à cette blessure sont la honte, la culpabilité, la non-reconnaissance et l’hypersensibilité.


Cette blessure est pour moi en lien direct avec notre rapport au plaisir et à l’écoute de notre bien être. C’est pour cela que je la relie directement au chakra sacré, siège du plaisir, de l’énergie créatrice et du respect de soi.


Le moyen de se libérer de cette blessure réside dans le fait d’arriver à pardonner aux autres et à soi-même pour sortir du schéma de la culpabilité. Il est essentiel pour ces personnes d’arriver à donner et recevoir de l’amour, à prendre du plaisir au quotidien sans en avoir honte et de s’extraire des fausses limites pour vivre enfin libres et accueillies telles quelles sont.

« A-t-on vraiment besoin de plaire pour vivre ? » Lise Bourbeau

3- ABANDON – Chakra du plexus solaire:

Cette blessure d’âme éveille en la personne une peur d’être abandonnée, de n’être pas aimée pour ce qu’elle est et un manque cruel de confiance pour s’accomplir seule.


Dans cette blessure on porte alors le masque du dépendant car on va avoir besoin de l’autre pour s’accomplir, pensant qu’on ne peut y arriver seul. On va développer de la dépendance dans tous les domaines possibles : en amour, en amitié, aux systèmes, aux drogues, aux jeux, à la nourriture, etc.


On va souvent opter pour le mécanisme de défense de la victime: c’est ainsi que l’on va pouvoir attirer l’attention et recevoir du soutien de l’autre. La personne victime de la blessure d’abandon va avoir tendance à dramatiser chaque situation et pourrait avoir recours à la manipulation et au chantage pour obtenir ce qu’elle veut.


On va également porter la croyance limitante de ne rien pouvoir accomplir seul dans la vie. C’est lorsque la personne dépendante se sent soutenue qu’elle se sent aimée, car elle pense à défaut ne pas être assez importante pour mériter l’attention de l’autre.

Les peurs les plus grandes liées à cette blessure sont la peur de la solitude et de l’indépendance, car n’ont pas confiance en leur capacité de s’accomplir seules et auraient l’impression de ne pas être considérées ni aimées sans l’aide de l’autre. C’est dans un cadre qu’elles se sentent rassurées (système, entreprise).


Les émotions liées à cette blessure sont la tristesse, la peur profonde de la solitude et la dépression.


Cette blessure est pour moi en lien direct avec la confiance en soi et en ses capacités pour s’accomplir seul et dénote un manque de courage. C’est pour cela que je la relie directement au chakra du plexus solaire, siège de la confiance en soi, du courage et de la motivation.


Le moyen de se libérer de cette blessure réside dans la capacité de pardonner aux autres leur absence et se pardonner d’abandonner aussi. Accepter ses forces et ses faiblesses et apprendre à vivre et se débrouiller seul sans avoir besoin d’attirer l’attention. Il est essentiel d’extérioriser ses émotions par les pleurs sans en avoir honte et trouver le courage de s’accomplir seul dans tous les domaines de sa vie. Un bon moyen peut être de s’émanciper professionnellement ou en couple en se mettant à son compte ou en vivant seul, afin de trouver la paix dans l’indépendance et la solitude. Attention à l’extrême inverse de ne pas tomber dans une vie d’ermite, coupé du monde.

« A-t-on besoin du soutien et d’aide extérieure pour vivre et accomplir nos objectifs ? » Lise Bourbeau

4- REJET – Chakra du coeur:

Cette blessure d’âme éveille en la personne une insensibilité face aux émotions et une tendance à la fuite face aux situations qui pourraient éveiller en elle la sensation du rejet de l’autre.


Dans cette blessure on porte alors le masque du fuyant car on va chercher à éviter de souffrir en fuyant les situations inconfortables. Ce sont des personnes qui vont avoir aussi tendance à fuir la réalité dans laquelle elles vivent en se plongeant dans les jeux vidéos ou les livres fantastiques, rêvassant continuellement. Ce sont des personnes qui s’interdisent d’être elles-mêmes, qui vont fuir l’investissement et l’attachement de peur d’être rejetées et qui vont préférer rester à l’écart de autres.


On va souvent opter pour le mécanisme de défense de la dévalorisation: pour justifier cette sensation du rejet de l’autre. On va avoir tendance à s’effacer, à ne pas donner son point de vue et à rechercher la solitude pour se protéger du regard des autres. On va également rechercher la perfection dans ses actes pour ne pas être confronté au jugement négatif des autres.


On va également porter la croyance limitante de ne pas avoir le droit d’exister. On va avoir du mal à accepter d’être aimé et on va se rejeter soi-même des situations où on pourrait s’attacher par crainte de souffrir. La personne victime de cette blessure pense qu’elle n’a aucune valeur et n’est pas capable d’apporter du bonheur à autrui, elle choisit donc d’avoir peu d’amis, ce qui renforce sa croyance de se sentir rejeté des autres et intensifie ce cercle vicieux.

Les peurs les plus grandes liées à cette blessure sont la peur d’aimer et d’être aimé.


Les émotions liées à cette blessure sont panique, l’angoisse et la peur de devenir invisible.


Cette blessure est pour moi en lien direct avec la capacité de se donner et de donner de l’amour à autrui. C’est pour cela que je la relie directement au chakra du cœur, siège de l‘amour, du pardon et des émotions.


Le moyen de se libérer de cette blessure réside dans la capacité à ouvrir son cœur et se confronter à la peur du rejet. Il est essentiel d’arrêter de fuir les situations inconfortables et d’y faire face avec courage (courage= agir avec le cœur), d’arriver à pardonner à soi et aux autres pour leur attitude de rejet et accepter ses émotions avec le cœur.

« A-t-on vraiment besoin de la validation des autres pour avoir le droit de vivre ? » Lise Bourbeau

5- INJUSTICE – Chakra de la gorge :

Cette blessure d’âme éveille en la personne une froideur palpable et une rigidité physique et émotionnelle l’empêchant d’exprimer sa vérité et de s’affirmer face au monde.


Dans cette blessure on porte alors le masque du rigide car on va se couper de ses émotions pour se protéger du sentiment d’injustice. C’est une personne qui peut donc paraître froide et imperturbable, qui a du mal à exprimer ses émotions et ses sentiments de peur d’être perçue comme vulnérable.


On va souvent opter pour le mécanisme de défense du sauveur: à vouloir palier les injustices du monde on va avoir tendance à prendre la défense de l’autre, à se plier en 4 pour les autres et s’oublier. Ce sont donc des personnes qui peuvent s’épuiser facilement et se créer toutes sortes de blocages physiques paralysants (lumbagos, torticolis, constipation). Perfectionniste, exigeante et performante, la personne touchée par cette blessure va renvoyer une image trop parfaite et lisse et aura beaucoup de mal à déléguer et demander de l'aide. Afin de cacher ses émotions, elle va avoir recours au rire dans des situations non drôles et va passer pour une personne insensible.


On va également porter la croyance limitante de ne pas avoir le droit d’exprimer sa vérité et s’affirmer face à l’autorité, car en effet elle induit une frustration profonde. Elle pense à défaut, qu’elle doit mériter tout ce qui lui arrive car la chance est perçue comme injuste. Elle a du mal à recevoir des cadeaux sans se sentir redevable et a du mal à être heureuse si son partenaire est en souffrance.

Les peurs les plus grandes liées à cette blessure sont la peur de ne pas être entendue et d’être perçue comme une personne incompétente et égoïste. Car malgré son attitude parfois rigide, elle inspire à aider l'autre.


Les émotions liées à cette blessure sont la frustration, l’hypersensibilité refoulée et la culpabilité à l’inaction.


Cette blessure est pour moi en lien direct avec la capacité de s’affirmer et d’exprimer sa vérité. C’est pour cela que je la relie directement au chakra de la gorge, siège de l‘expression et de l’affirmation de soi.


Le moyen de se libérer de cette blessure réside dans la capacité à dire ce que l’on pense et à s’affirmer tel que l’on est. Il est essentiel de montrer sa sensibilité et oser pleurer devant l’autre sans avoir peur du jugement. Enfin, lâcher prise sur le perfectionnisme, accepter de faire des erreurs sans être critique avec soi-même et accepter de recevoir de l’aide.

« A-t-on vraiment besoin d’être parfait pour se donner le droit à la vie et aux plaisirs ? » Lise Bourbeau

6- TRAHISON – Chakra du troisième œil :

Cette blessure d’âme éveille en la personne le besoin de tout contrôler pour ne pas être déçu de soi, des autres et de souffrir d’un sentiment de trahison. Elle favorise un mental très actif qui coupe de l’instant présent et qui projette constamment dans le futur et dans la planification contrôlée, ce qui ne laisse que peu de place à l’imprévu.


Dans cette blessure on porte alors le masque du contrôlant car on va ressentir le besoin d’avoir la main sur toutes les caractéristiques de sa vie, sur sa personne et sur les autres. C’est une personne qui est convaincue d’avoir raison sur tout et qui à tendance à vouloir adhérer l’autre à ses croyances. Elle a donc du mal à collaborer avec d’autres personnes à forte personnalité de peur de ne pouvoir prendre le lead à sa guise. Elle n’a pas de patience avec les gens lents et s’emporte dans la colère si elle est dérangée par un imprévu ou si sa patience est mise à rude épreuve. Les inconvénients majeurs de cette attitude sont qu’elle veut que tout se passe comme elle l’a prévu mais cela l’empêche de profiter du moment présent.

Le contrôlant aime arriver à l’avance pour s’assurer la maîtrise sur tout. Il n’aime pas être en retard et ne peut tolérer les retardataires. Il devient impatient s’il termine une tâche avec du retard ou lorsque quelqu’un d’autre lui a promis un travail et le remet en retard.

Il n’aime pas se confier pour ne pas montrer ses faiblesses mais aime qu’on se confie à lui car ainsi il peut ressentir une sensation de contrôle et de domination. Il déteste l’autorité et se sentir surveillé car il a un ego qui prends facilement le dessus. Enfin, il admet difficilement ses erreurs et ses peurs.


On va souvent opter pour le mécanisme de défense du responsable: à montrer sa force et son pouvoir afin de dégager un sentiment de confiance. Très exigeant avec lui-même, le contrôlant l’est aussi beaucoup avec les autres. Il a donc besoin de tout superviser car il manque de confiance en l’autre. Comme il pense que le travail sera moins bien fait par quelqu’un d’autre que lui, il a donc beaucoup de mal à déléguer. C'est une personne très honnête et franche qui manquent souvent de tact.

Dans un autre registre, le contrôlant peut aussi développer le mécanisme de défense du manipulateur afin d’obtenir ce qu’il désire. Plutôt hypocrite, il prends du plaisir à parler dans le dos des autres et n’hésite pas à mentir car pour lui ce n’est qu’une déformation de la réalité.

Au fond, c’est une personne qui a un besoin cruel de reconnaissance car son assurance cache un manque de considération de l’autre. Il se sent important lorsqu’il est reconnu pour ce qu’il est et ce qu’il fait.


On va également porter la croyance limitante que toute lâcheté est vécue comme une trahison, que tout abandon de projet est synonyme de manque de courage. C'est pourquoi il est si exigeant envers lui-même et les autres et a de grandes difficultés à déléguer. Ainsi il s'évite d'être confronté à la déception et la lâcheté.

Les peurs les plus grandes liées à cette blessure sont la peur d’être trahi et de perdre le contrôle sur sa vie, ses relations et son environnement.


Les émotions liées à cette blessure sont la colère, l’impatience, l’agressivité, l’ennui, la haine et la peur de la séparation.


Cette blessure est pour moi en lien direct avec l’incapacité de lâcher prise sur un mental très présent qui coupe de l’intuition et de la pleine conscience. C’est pour cela que je la relie directement au chakra du troisième œil, siège de l’intuition et de la connexion au soi supérieur.


Le moyen de se libérer de cette blessure réside dans la capacité à lâcher prise sur le contrôle et évacuer les émotions de colère par la vibration de la voix et du corps. Il est essentiel de cesser de chercher à « être » en essayant d’impressionner l’autre et d’avoir le droit de montrer ses faiblesses, de vivre dans l’instant présent et d’être patient.

« Laisserions-nous une peur diriger nos vies ? » Lise Bourbeau

7- DÉCONNEXION AU DIVIN – Chakra couronne:

Cette blessure d’âme est inhérente à chaque être incarné qui fait face au voile de l’oubli lors de l’incarnation et qui ne se rappelle pas de qui il est vraiment à la naissance.

C’est une blessure qui est comprise au moment de l’éveil et c’est ainsi qu’on s’en libère. Elle a en fait la capacité d’être la plus sournoise car elle est indécelable. C’est une blessure qui crée des états dépressifs chroniques et une perte de joie constante. Elle enlève le goût de la vie et accentue le néant émotionnel.


Dans cette blessure on porte alors le masque du négligé car, dans cette incompréhension de son identité incarnée et dans cette sensation de manque et d’incomplétude on va avoir tendance à se foutre de tout, de sa vie, de son attitude, de son apparence car on n’apporte pas d’intérêt à la matière. À l’inverse on peut aussi porter le masque de l’hypocrite, dans le sens où on va se conformer à la société et au monde qui nous entoure dans le but de renvoyer une image attendue, souvent très lisse et parfaite qui réussit, alors qu’au fond, un profond sentiment de vide plane.


On va souvent opter pour le mécanisme de l’égoïste: car en passant avant les autres et en ne prenant soin que de sa personne on se préserve du malheur des autres, ayant déjà beaucoup à supporter avec son propre malheur intérieur.


On va également porter les croyances limitantes que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue, que « Dieu » n’existe pas et que l’humanité est détestable. On va ressentir beaucoup de vide et d’incompréhension du sens de la vie, ce qui génère des tempéraments dépressifs, aigris et pleins d’amertume.


Cette blessure est pour moi en lien direct avec notre connexion à notre part divine et supérieure. C’est pour cela que je la relie directement au chakra couronne qui est notre porte d’accès à notre conscience supérieure.


Le moyen de se libérer de cette blessure réside dans la reconnexion à son intuition et à sa part divine. Elle s’estompe au moment de l’éveil et disparaît quand la reconnexion à la part supérieure est établie. En étant aligné à son âme et à sa mission d’incarnation, on retrouve alors le goût de la vie.



Comment se libérer des blessures d'âme?


De manière générale, peu importe la blessure que l’on porte, l’idée est de comprendre qu’elle fait partie de nous et que les émotions liées à celle-ci nous permettent de grandir. Il est alors inutile de nier ou de refouler sa ou ses blessures, au contraire, mais d’arriver à en faire une force. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut s’en détacher car les émotions sont alors beaucoup moins dures à vivre et ne nous affectent plus autant.

Pour cela il est fondamental d’appliquer ces 4 étapes afin de permettre la libération de l’emprise des blessures d’âme :


1 En extériorisant les émotions liées à cette blessure:


C’est l’étape fondamentale qui est à l’origine de la création de la blessure. C’est les émotions non évacuées qui au fil du temps grandissent en nous jusqu’à se transformer en blessure, car dans l’enfance on n’a pas su les comprendre et les évacuer correctement. Lorsqu’une émotion liée à une blessure fait surface, la première chose est de l’accueillir et de la laisser s’exprimer afin qu’elle sorte du corps physique. En évacuant l’émotion tout de suite, on se libère de sa charge et on peut trouver un sentiment d’allègement.


Les moyens d’extérioriser les émotions passent par les pleurs, les rires, les cris (dans un coussin ou dans la nature mais pas sur quelqu’un d’autre), la danse (faire bouger son corps), le chant (faire vibrer la voix), le dessin, la peinture, l’écriture (très libératrice) ou encore le jeu d’un instrument de musique.

  • Abandon: évacuer la tristesse et la peur par l’écriture / les pleurs / la méditation

  • Injustice: évacuer la frustration par la parole / le chant / la danse

  • Humiliation: évacuer toutes les émotions par la parole / le sport / les arts

  • Rejet: évacuer le déni des émotions par la transe corporelle / la respiration profonde/ la sensibilité corporelle à la douleur (sport extrême, adrénaline, loi de l’hormèse)

  • Trahison: évacuer la colère par la danse / le chant / les cris


2En tirant les enseignements liés à ces réactions émotionnelles:


Il est juste important de comprendre que les points faibles peuvent devenir des forces créatrices. Comprendre que cela fait partie de qui on est du point de vue de la personnalité, accueillir cette partie de nous et pardonner nos parts d’ombre. En accueillant l'enseignement lié à une vive émotion, on peut alors prendre du recul sur l'origine de sa venue et décider qu'à l'avenir on peut éviter de la ressentir car on a mis le doigt sur la problématique plus profonde. C'est le moment de reprendre confiance en sa capacité de transmutation de l'émotion en positif et en force créatrice, afin d'utiliser la blessure comme un outil créatif et une force.


3 En acceptant l’émotion et en la transmutant en positif:


Comment faire? Tout simplement dans un premier temps en envoyant à l'émotion de l’amour et de la lumière or en conscience et en visualisation. Dans un second temps, se visualiser en dehors de son corps et s'observer dans son émotion avec un regard bienveillant et empathique. C'est en s'envoyant de l'amour et de la lumière or et en se pardonnant pour cette pensée négative vécue, que l'on va adoucir l'émotion et la transmuter en positif. Aussi visualiser notre enfant intérieur (nous dans le passé) dans les moments où il a vécu ces émotions, se replonger dans ce souvenir et s'envoyer de l'amour peut aider à adoucir celle vécue dans l'instant présent.


4 • En récitant des affirmations positives:


Il est possible de reprogrammer des croyances en utilisant les affirmations positives au quotidien, et ce pendant 21 jours car c'est le temps minimum qu'il faut pour reprogrammer les croyances limitantes liées à cette blessure. Suite à une courte méditation, on a placé sa conscience en état modifié qui permet l'assimilation cellulaire des informations prononcées avec une forte intention et avec le cœur.

Vous pouvez écrire vos propres phrases en écoutant vos tripes et votre intuition, sinon vous pouvez aussi vous inspirer des phrases canalisées par Nathalie Perraud dans ses différents articles dédiés aux 7 blessures d'âmes.


-

Voici tous les conseils que je tenais à vous partager afin de vous aider à vous libérer de vos blessures émotionnelles et les accueillir avec bienveillance dans votre vie.

J'espère que cet article vous sera utile et n'hésitez pas à le partager à vos amis ou sur les réseaux sociaux pour aider les personnes qui auraient besoin d'avoir accès à ces informations.

-

Retrouvez la vidéo en lien avec cet article ici:

Merci pour votre lecture et prenez soin de vous!


Nadia


- Site de Nathalie Perraud: https://inspirelavie.com/

5 174 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout